Le prince des poètes malgaches

Imaginez en ce début de XXe siècle un jeune « indigène » d’une île soumise à la prestigieuse culture française et se découvrant le don d’écrire. Jean-Joseph Rabearivelo (1903-1937), figure littéraire majeure de Madagascar, extrémiste de la vie, écorché vif, a su écrire les plus belles choses, explorer toutes les sensations. Celui que Léopold Sédar Senghor surnomma le « Prince des poètes malgaches » a su montrer une affinité à la fois avec les poètes symbolistes et surréalistes, tout en restant fortement enracinée dans la géographie et le folklore de Madagascar. Berné par une promesse non tenue – celle de représenter officiellement son pays en métropole à l’occasion de l’exposition universelle – il mit en scène son suicide dans les Calepins Bleus avant de rejoindre d’autres cieux. Le lundi 24 janvier se tiendra, à l’initiative de l’Agence universitaire de la Francophonie (ENS Ulm, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris), une journée d’études consacrée à l’écrivain malgache. Vous pouvez aussi découvrir son œuvre via les Œuvres complètes qui viennent d’être publiées.


Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*